SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI
FacebookTwitterInstagram
  • fr
  • en
L'INCOMPARABLE
SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI

Collègues et amies dans la vie

TEAM 166

Aux couleurs de Transavia

Pour la quatrième année, la compagnie low cost du groupe Air France-KLM est en effet partenaire et sponsor de l’événement. Avec Stéphanie et Isabelle, deux autres équipages sont aux couleurs de Transavia sur cette 28ème édition du Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc. « La première fois qu’une équipe de Transavia est partie, on s’est dit qu’on le ferait. On a eu la chance de postuler à l’appel à volontariat en 2016. C’était une évidence de revenir et c’est encore mieux avec Transavia. »

Une expérience à partager avec petits et grands

Il y a quatre ans, les deux mères tombent enceintes quasiment en même temps et c’est à ce moment-là qu’elles deviennent amies et complices ! Il est dur pour les Gazelles d’être loin de leurs enfants. Parfois, c’est aussi le contraire. L’an dernier, Isabelle a eu le veto de ses enfants pour partir alors cette année, elle s’est organisée. « J’ai amené le 4X4 dans la cour de l’école et je suis venue leur expliquer le concept du rallye et celui de l’association Cœur de Gazelles. Et en ce moment, la maîtresse fait un point tous les matins avec eux. Du coup, ma fille est devenue la star et ça passe mieux auprès d’elle pour y retourner. » Les deux Gazelles retrouveront leur comité d’accueil à Essaouira. « On veut leur faire partager. »

Une folle aventure du dépassement de soi

Le fait de s’appartenir, de lâcher prise, d’avoir cette liberté et de penser à soi, c’est tout cela que les filles sont venues chercher ici. « Je suis littéralement tombée amoureuse du désert et de cette folle aventure du dépassement de soi. » ajoute Stéphanie. « Ce décor, on ne s’en lasse pas, c’est inégalable. Ils sont peu nombreux les gens qui voient le lever de soleil dans les dunes. »  

Stéphanie a choisi la navigation parce que « c’est carré. Et pourtant, je ne le suis pas du tout chez moi. ». A la conduite, Isabelle s’éclate de plus en plus. « On fait quand même des trucs de dingue. La première fois que j’ai passé une dune, je n’y croyais pas, je ne pensais pas que je pouvais passer ce type de relief. » Au fil des années, les filles ont beaucoup appris. « La première fois, pour la lecture du terrain, j’y allais la fleur au fusil. Maintenant, Stéphanie tient le cap mais on s’est formées toutes les deux. » Mais le plus dur reste les dunes. « J’ai encore de l’appréhension. » C’est sûr, on ne roule pas tous les jours sur des dunes !

2018-03-23T11:09:39+00:00

PARTENAIRES