SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI
FacebookTwitterInstagram
  • fr
  • en
L'INCOMPARABLE
SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI

Un stage de navigation avant d’affronter le désert

VÉRIFICATIONS MAROC, ERFOUD

En ce mardi 20 mars 2018, à l’hôtel Xaluca à Erfoud, l’heure est au repos sous le soleil pour certaines Gazelles. D’autres font connaissance. Et enfin, sept participantes effectuent durant toute la journée un stage de navigation dirigé par Maïenga, l’agence organisatrice de l’événement.

Après avoir fait une formation à la conduite pour certaines, nos Gazelles ont cette fois-ci acquis les compétences essentielles pour pouvoir tracer leur route lors de la course. Pour rappel, le Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc est un rallye de navigation et d’orientation. Sans GPS, les 165 équipages vont devoir se repérer et se diriger à l’aide de cartes au 100 000 et 250 000ème, d’une boussole à visée, d’un rapporteur, d’une règle de navigation et d’une règle « magique ». La navigation se fait donc à l’ancienne.

C’est Louise Bergeron, ancienne Gazelle et gagnante de l’édition 2002, qui dispense cette formation. « Je leur explique comment se déroule une journée-type, comment on place les points sur la carte. Je leur montre les feuilles de route et les informations qu’elles contiennent, les coordonnées géographiques et les caps et distances à vol d’oiseau. Et ensuite, nous faisons des exercices. Mais pour certaines d’entre elles, ce sont des rappels. »

En effet, la plupart ont heureusement déjà abordé tout cela dans leurs pays respectifs. Mais ces révisions ne font pas de mal. Pour Yunzi, la première Chinoise participant au Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc, « c’est très intéressant, un peu difficile et puis en anglais. Mais en tant que navigatrice, j’ai un rôle primordial. » Yunzi demande à Louise de valider son exercice et apprend le français en même temps ! « C’est une bonne élève. » confie Louise.

La team américaine 504 est concentrée. C’est le second stage pour Jasmine et Kiera : « Le plus dur, ce sera une fois sur le terrain. La théorie de la carte sera sûrement bien différente sur le terrain. » Les Américaines de la team 149 sont à la fois nerveuses et excitées : « Certaines points sont encore à travailler. Par exemple, on voit qu’on peut aller à travers cette dune mais sur le terrain notre jugement sera peut-être tout autre et il faudra qu’on repère les reliefs rapidement aussi, on ne les a pas encore tous assimilés. »

Pour les Guadeloupéennes de la team 186, là encore, ce n’est pas tout à fait le premier stage. Fin novembre, elles ont déjà fait une formation avec Jeannette James, gagnante de l’édition 2017 dans la catégorie Experte et participante de cette nouvelle édition. « C’est pour nous rafraîchir cette journée et ça commence à rentrer. Le plus dur, ce sera de ne rien oublier : d’être toujours dans le bon sens, de trouver le nord, mais ça va venir. Quand on se sera trompées une fois on ne le refera plus » avoue Maëva, la conductrice. Mais elle veut tout de même avoir des notions pour pouvoir vérifier le point de sa navigatrice. Laura a accepté le rôle et pourtant « je n’aime pas ça du tout au départ, je déteste les cartes et finalement je m’y suis mise, je me concentre et on y va, et quand on trouve le point on est contente. Avec l’habitude ce sera plus simple mais par exemple, j’oublie encore le sens de la flèche sur la règle alors que c’est marqué dessus ».

Les Gazelles vont devoir faire appel à leur logique et communiquer entre elles. Car dans quelques heures, dunes, oueds, champs de rocailles ou vallées escarpées vont se tenir devant elles et leurs véhicules. Faudra-t-il les affronter ou les contourner ?

2018-03-21T11:25:05+00:00

PARTENAIRES