SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI
FacebookTwitterInstagram
  • fr
  • en
L'INCOMPARABLE
SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI

Côté aventure, les choux fleurs évités

ÉTAPE #2, NEJJAKH-NEJJAKH

Pour commencer la journée tranquillement, les Gazelles ont le droit à du goudron. Pas d’arrêt à la première balise, elle est automatique et passe par Erfoud. Puis les embouteillages commencent le long d’un oued avant d’arriver au village d’Aoufouss. Après plus de 40 kilomètres de route, les équipages s’engagent sur une piste qui laisse apparaître une palmeraie à l’est. Certains jouent le jeu et tracent un cap tout droit sur des pistes poussiéreuses et caillouteuses.

Sagesse et sécurité

A la CP 2, balise commune pour tous les parcours, la méfiance s’exprime. Au classement, les 312 (Laetitia GIRAUD / Sarah SOURBIER - FRUIT4FIT) sont arrivées troisièmes dans la catégorie Crossover suite à une pénalité de 200 points en appelant la mécanique. « Le pire, c’est qu’on est l’équipage qui a fait le moins de kilomètres dans notre catégorie. A la base, on n’est pas venues pour la gagne. Mais on a fait un très bon prologue et on a un peu pris la confiance. On se prend vite au jeu, on oublie qu’on est débutantes. » La journée sera donc moins téméraire. « Cela nous a permis de nous recentrer sur ce pourquoi on est là. On surestime notre véhicule. J’ai Sébastien Loeb avec moi » plaisante Sarah, la navigatrice. Les 156 (Patricia VILLARME / Muriel LE BRIS - MARAIS CAFE) jouent aussi la sécurité : « On applique toutes les règles, on ne les invente pas. »

Cap ou pas cap ?

La piste n’est en effet pas aussi simple qu’elle n’y paraît, notamment pour le véhicule de la team 210 (Marie Christine LAPEYRE / Danielle DUBOS - TAROS Essaouira) : « Le Duster est bas donc on est obligé de bifurquer et de reporter beaucoup de cap. » Même avec un 4X4, ce n’est pas si simple car le terrain est cassant. L’équipage 311 (Christelle PERRIN / Lucie FAGEDET) veille sur sa voiture : « On conduit avec un injecteur en moins. Les voyants se sont allumés ce matin. Ça nous a mis un coup au moral. Donc on va y aller mollo aujourd’hui et éviter de prendre trop de sable parce qu’on manque de puissance. »

Peu de repères pour naviguer

Prochaine balise et pas la bonne. Plusieurs Gazelles sont sur le CP 6 alors qu’elles cherchent la balise 3 du parcours C. « On manque de points de repères. On a seulement la montagne derrière la plaine. On va devoir recalculer. Soyez indulgents, on est des débutantes du rallye » explique l’équipage 310 (Sandrine MARTIAL / Isabelle FAUST - Les tourtons du Champsaur et Classic All Blacks). La team 201 (Florence BEAULIEU / Agnès JANIN - JATO DYNAMICS) savait que ce n’était pas la bonne : « On est passé dire bonjour. Le cap est derrière. »

Mieux vaut prévenir que guérir

C’est sur cette troisième balise que l’ensemble des équipages reçoit son road-book. Impératif donc de la récupérer pour continuer. Les tactiques se mettent alors en place : « Avec le Crossover, on va contourner cette partie de l’oued et repartir en arrière sinon on va se tanker. » Enfin arrivées sur la troisième balise du parcours E, les 212 (Cécile FOUILLAND / Florence RONGER - LA CLOISON AMOVIBLE) n’en voyaient plus le bout : « On en a marre de la caillasse. On a mis 3h pour arriver au lieu d’une 1h30. » Dur pour elles alors qu’elles sont les 5èmes de leur parcours à arriver sur cette balise !

Des Gazelles perfectionnistes

Les filles de l’équipage 101 (Katia PERROTIN ENCISO / Roselyne NIVOIS - BVI - Bourgogne véhicules industriels IVECO) travaillent sur la carte au 1/250 000ème et non au 1/100 000ème pour ne pas avoir à travailler sur quatre cartes différentes et avoir plus de visibilité. Autre organisation : « Dès qu’on change de cap, on note le nombre de kilomètres à gauche, le cap de la carte, le cap de la boussole et celui de la voiture et une fois bien positionnée, on reprend le cap de la voiture. »

Du ski dans le désert !

Vient l’heure de déjeuner et donc de la détente. Image inédite de cette journée : Lyne de l’équipage 189 (Josiane ARENALES / Lyne MOREAU) descend une dunette en skis. C’était un pari, elle a débarqué du Canada avec. « Je vais essayer aussi à Merzouga si on a le temps. » La 219 (Veronique BEAUDOUX / Carole MINIER - CLEAN 86 et JURICA) reconnaît quelques complexités : « On a trop voulu contourner les choux fleurs et les oueds. Du coup, on fait toujours un peu trop de kilomètres mais on ménage notre François. » Oui, François, c’est leur 4X4 et troisième compagnon de route et aussi le prénom de leurs patrons respectifs.

Les pénalités, non merci

Les leçons à tirer ne sont pas toujours celles que l’on croit sur cette seconde étape…« On s’est dit qu’on allait éviter les herbes à chameaux et on réalise qu’on a de la roche à la place. Donc on va arrêter de contourner et foncer » explique la 203 (CHEN YUN ZI / Sophie NAYLOR - AMC Travel). L’équipage 174 (Sandrine PRONIER-CORDIER / Anne-Lucile DELAFOSSE - Mac Donald's Deauville) rentre au bivouac sur deux roues motrices en milieu d’après-midi. Leur pont est cassé mais elles ont préféré ne pas déclencher la mécanique. L’équipage 140 (Melissa CURSAN / Marion BRIAN - Veravant) a tapé la 7ème balise mais s’arrêtera là. Elles ne veulent pas tenter le diable. Elles ont raison car demain, une grosse journée les attend avec de belles surprises en perspective.

2018-03-23T22:37:10+00:00

PARTENAIRES