SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI
FacebookTwitterInstagram
  • fr
  • en
L'INCOMPARABLE
SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI

Côté sportif, clap de fin : dans un mouchoir

ETAPE #6, OULAD DRISS-FOUM ZGUID

 

Un classement 4×4 chamboulé

Les favorites pour la première place ont décroché. La faute à la mécanique. Le 246 (Carole MONTILLET / Sylvie GODEAU GELLIE - Vakkorama) avec ses ennuis lors de la dernière marathon n’avait pas pu « caper » autant qu’il le pouvait. Habitué des trajectoires parfaitement rectilignes, des modèles du genre, il a dû revoir à la baisse ses possibilités et tracer quelques courbes. Mais ce grand spécialiste des dunes a accompli une performance, en gagnant pas loin de 5 km sur le 153 (Fabienne GALIDIE / Tania LIO-MARTINEZ - MM-EVENTS Sàrl). Décidément, le tandem Carole Montillet et Sylvie Freche est capable de tout. De 6ème au classement général lors de la première marathon, elle parvient à se hisser à la seconde place, ce soir.

Même configuration pour le 202 (Jeanette JAMES / Emmanuelle TARQUINI DOS SANTOS - Bumper Off Road Jeep), qui trimballe un problème de train-avant depuis deux jours. A l’inverse du 246, l’étape des dunes de Chegaga lui aura été fatale : il y aura laissé plus de 2 km. Mais ça n’est pas si grave pour lui « Je l’ai fait dans un autre esprit. On a fait le rallye qu’on voulait faire avec ma coéquipière qui, avec sa maladie a réalisé des choses extraordinaires ». Atteinte du Syndrome d’Arnold Chiari, qu’elle veut faire mieux connaître, Emmanuelle complète « Je suis très honorée que Jeanette m’ait fait confiance. Quelle que soit la place on sera heureuse de ce que l’on aura fait ».

Quant au 107 (Stéphanie PERUSSE / Anne-Marie BORG - Bleu Blanc Rouge communication), leader au précédent classement général, il casse son pont dès le premier jour de cette marathon, et doit se résoudre à appeler l’assistance mécanique, ce qui le fait évidemment dégringoler. Du coup, il a laissé un boulevard à de sévères concurrentes : le 238 (Hélène GRAND'EURY / Charlotte ZUCCONI - VAL THORENS/VALTHOPARC) en profite pour rafler la première place en signant une superbe étape, boostée par la perspective de trôner en tête. C’est fait, ce soir.  « On a eu du temps pour « caper » toute la journée. On a rattrapé l’énorme bourde que l’on avait commise à la première marathon et qui nous avait coûté 5 kilomètres. Ça se joue à des centaines de mètres aujourd’hui : c’est fou quand on y pense : sur une étape de 4 h, ce matin, entre la 3X et la 4X, on est parties avec Carole Montillet mais on n’a pas pris les mêmes trajectoires et on a comparé à l’odomètre : on avait le même nombre de kilomètres. C’est fou ».  Quoi qu’il en soit, si le 246 est parvenu à gratter le 153 dans les dunes, ce 238 décidément très en forme creuse l’écart avec ce même 153 (Fabienne GALIDIE / Tania LIO-MARTINEZ - MM-EVENTS Sàrl) en osant une passe difficile à trouver entre la balise 8 et 9. Sur ce seul coup, le 153 et son excellente navigatrice Fabienne Galidie perdent près de 2km : à ce jeu très serré, c’est un détail d’importance « Aujourd’hui, c’était très long et très dur. Notre moteur nous a fait des siennes, on a calé un nombre incalculable de fois, du coup on s’est tankées énormément aussi. Merci au 146, d’ailleurs qui nous a accompagné pendant toutes les dunes » Tellement heureuse de parvenir hier soir à la balise 5X, la pilote, Tania, a réalisé un donut de joie. Oups ! Des mètres en trop, mais c’était si bon ! « On ne pensait pas qu’on arriverait là : on visait un top 20. Franchement, on est fières de nous parce qu’on a vraiment bavé » poursuit Tania.

Ce soir, le classement consacre le 238, qui est déjà monté deux fois sur la seconde marche du podium. En seconde position, donc le 246 et enfin le 153. Et alors que la nuit tombait sur le bivouac, les plus aguerries des Gazelles avaient les larmes aux yeux. Fatigue, relâchement de la pression, joie ou déception…tout se mêle sur la ligne d’arrivée !

Des bébés Gazelles devenues grandes

Le 211 (Chloé PIRZKAL / Mireille VIDUEIRA), premier du classement des premières participations est complètement effondré : il a vraiment réalisé des exploits, avec 104 km de pénalités à l’issue de la 5ème étape (les meilleures des meilleurs affichaient entre 57 et 60 km). Mais pas de chance, il rate les deux dernières balises, faute de temps et pour avoir beaucoup détanké des Gazelles dans les dunes.  Il a pour lui un excellent rallye : la preuve, malgré ce petit raté de fin d’étape, il ne descend que d’un cran et se place second. Le 139 (Léa GOULLIEUX / Laetitia BERTIN - EUROPCAR) switche avec lui et lui ravit la première place sous le nez. Enfin, le 311 (Christelle PERRIN / Lucie FAGEDET), lui, conserve sa 3ème position. Larmes d’émotion aussi.

Comme le 243 (Schanel Bakkouche / Pauline DUCRUET), touchant de joie presqu’enfantine : il est arrivé tout bébé Gazelle mais ce soir, il est un vrai équipage de Gazelle : « On pleure parce que c’est tellement de bons moments et de galères, les uns rattrapent les autres, quand on est « down », on se souvient des balises qu’on a trouvé… C’est passé trop vite ! De CP en CP, on était de plus en plus fières de nous. Ça nous a prouvé que quand on a des doutes, il faut y aller. Et quand on pense qu’on peut, alors il faut y aller à fond » témoignent Pauline Ducruet et Schanel Bakkouche avant de déposer tous leurs appareils de tracking et de récupérer leurs téléphones portables, avant de profiter d’une coupe de champagne Tsarine, comme toutes les Gazelles. Place à la fête, ce soir.

Un classement de quad sans surprise

Betty Kraft et sa coéquipière Sonia Baudouin-Guérard, team 28 (Elisabeth (Betty) KRAFT / Sonia BAUDOIN-GUERARD - POLARIS FRANCE (quads) remportent cette 28ème édition avec encore une fois, une aisance déconcertante et une avance sur leurs concurrentes qui n’a cessé de se creuser au fil des jours. Pour la championne de quad et de jet ski, ce sera la 12ème sur 13 participation. On ne voit pas beaucoup meilleur. « Dès le premier jour, on travaille, on fait tout pour être au plus juste. C’est ce qui fait que je ne me lasse pas de ce rallye : c’est un jeu génial » commente-t-elle sur la ligne d’arrivée, en claquant la bise à Sonia avec « Bravo Poulette ». Il est suivi par le 27 (Prune SALTI / Elisa BOULAND - ESAF) et le 26 (Amélie DELACHESNAIS / Emilie CAZAL).

De l’émotion, le 312 en a à revendre

Il apparaît muet, les larmes aux yeux, sur la ligne d’arrivée. Trop de sentiments contradictoires et un peu de mal à y croire : « On a hâte de signer notre feuille de bord : ça prouvera qu’on a bien travaillé » articule Laetitia, équipage 312 (Laetitia GIRAUD / Sarah SOURBIER - FRUIT4FIT). Bravo. Il devance le 313 (Solen KERLEROUX / Carine POISSON - RUN FUN / MTECH) qui a lui aussi réalisé un superbe rallye, atteignant le but qu’il s’était fixé au volant de sa Zoé : prouver que les véhicules électriques pouvaient s’inscrire dans les grandes épreuves sportives. C’est fait.

Les Gazelles électriques

Enfin, chez les e-gazelles, le 504 (Kiera CHAPLIN / Jazmin GRIMALDI - Saint Honoré) a connu une belle grande journée de galères : ça n’a pas été sa marathon mais il s’est vraiment accroché, refusant d’appeler l’assistance mécanique pour se détanker et passant jusqu’à 5 heures sur une portion de son parcours. Tankages, détankages, dur, dur…Il accroche la 3ème place, derrière le 502 (Mélanie MOR / Delphine MIQUEL - ENEDIS) et enfin le 503 (Natacha BORDRY / Clothilde HAMION - Crédit Suisse) qui a réussi à creuser un confortable écart d’avec ses suiveuses. Une première place bien méritée.

2018-04-16T09:37:44+00:00

PARTENAIRES