SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI
FacebookTwitterInstagram
  • fr
  • en
L'INCOMPARABLE
SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI

Côté aventure, une entrée en matière pas si simple

PROLOGUE, NEJJAKH-NEJJAKH

Pour le prologue de cette 28ème édition du Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc, les équipages devaient trouver trois balises, disséminées autour de Nejjakh.

A 14h pétante, le départ était donné par Dominique Serra, la fondatrice et directrice générale de l’événement. Marina, Carole et Maud, les trois organisatrices responsables des relations équipages étaient là aussi pour donner les derniers conseils et rassurer certaines Gazelles. Place maintenant à la concentration. « Même si on a déjà fait le rallye, on ne va pas vendre la peau de l’ours, le désert est toujours mystérieux. »

Et pour se mettre le pied à l’étrier, les filles ont rendez-vous avec le sable dès le départ. Certaines font vite connaissance avec les herbes à chameaux, ces fameux tas de sable surélevés de racines. Cinq minutes après le départ, l’équipage 21 (Laetitia MARCON / Emmanuelle MOUNIER) se retrouve ensablé. Heureusement, la solidarité est déjà là. Huit autres Gazelles sont là pour les aider à sortir la voiture. « A un kilomètre du départ, c’est la honte mais mieux vaut le faire maintenant et comme ça, on ne refera pas la même erreur après, du moins, on l’espère. »

Les équipages, pour ne pas se suivre, ont des parcours différents. L’équipage 202 (Jeanette JAMES / Emmanuelle TARQUINI DOS SANTOS - Bumper Off Road Jeep) est le premier à arriver sur le D. « Quand on a vu la balise juste derrière la dune, on s’est arrêtées pour s’embrasser. Attends, est-ce que c’est vraiment la bonne ? On se découvre avec Jeannette et ça va, j’ai un bon professeur dans la voiture » sourient-t-elles. Pour Jeannette, c’est la 10ème participation mais « ça fait toujours le même effet, on prend toujours le même plaisir ! » L’équipage 203 (CHEN YUN ZI / Sophie NAYLOR - AMC Travel) suit de près. La Suisse et la Chinoise apprennent aussi à se connaître mais avec cette première balise trouvée, elles prennent confiance. « On a pas mis beaucoup de temps mais on ne veut pas traîner et rentrer au bivouac à 21h ce soir. » Et pour cause, 10 minutes plus tard, elles reviennent en arrière pour tracer de nouveau leur cap.

A la première balise, les selfies, les cris de joie et les embrassades s’enchaînent. En effet, les filles ont le droit de conserver leurs téléphones jusqu’à la fin du prologue. C’est un moment très fort pour beaucoup de nouvelles Gazelles. La team 204 (Marion GEORGE / Emmanuelle VIALLET - INSO) ne peut s’empêcher de pleurer : « Ça fait trois jours qu’on verse des larmes, c’est un an de travail tout ça et on y est enfin, c’est émouvant ». L’équipage 208 (Brigitte SOBANSKI-JOYEUX / Patricia CAPDEVIELLE - SOPRA STERIA AEROLINE) est habitué mais malgré tout, « on se remet en canne, on a fait un petit kilomètre de trop ».

Sable, cailloux, pierres noires, herbes à chameau, la diversité des paysages défile sous leurs yeux. Certaines Gazelles en profitent pendant que d’autres gèrent quelques galères. En allant sur la deuxième balise, l’équipage 198 (Wensi LIN / Florence KARRAS - KALAAPA) s’offre ce qu’on appelle un premier tankage, leur véhicule étant resté bloqué dans le sable. Et dans ce cas, il faut pelleter ! « Vous ne voulez pas nous donner un coup de main ? » plaisante l’une d’entre elles. Attention, il est interdit de demander de l’aide aux organisateurs sous peine d’une pénalité de 200 points ! « C’est l’échauffement, si c’est parfait tout de suite, c’est pas drôle, on est venues pour en chier un peu »

Sur la troisième et dernière balise, certaines s’entraident. La team 27 (Prune SALTI / Elisa BOULAND - ESAF) donne le point à la 182 (Alexandrine ANDRE / Amandine VIROULAUD - Beam Suntory) pour qu’elle puisse faire son cap et ensuite trouver sa balise sur le tracé C. « On s’est tankées pendant 1h15 dès le début donc forcément, après, tu perds un peu le fil, ça fait douter ». « On devrait appeler ça le Rallye Aïcha des Galères » dédramatise une autre.

Elles ne sont pas les seules à s’être embourbées dans le sable. Troisième tankage pour l’équipage 133 (Julie Oudina Blaise / Meredith Grosset - Normandie Chauffage) qui découvre sa Jeep : « Sur la roche, elle est nickel mais sur le sable, elle tire vachement. Il faut se faire la main mais à part ça, la navigation, on gère. » Aussitôt arrivé, l’équipage 103 (Sonia AUVITY / Caroline DESSEIGNE - SA AUVITY MERCEDES MOULINS),  repart : ce n’est pas la bonne balise : « Là, j’ai envie de pleurer. Je ne pensais pas que ce serait comme ça. Je ne sais pas ce que ça va donner demain… »

Ca y est, la dernière balise est là pour la team 229 (Sophie LIOUST BARDY / Stéphanie GOURLOO) : « On s’est mieux débrouillées que l’an dernier. » Elles profitent d’une pause avec d’autres Gazelles : « On a de la chance d’être là »Mais les filles restent prudentes par expérience. La journée sera terminée quand elles seront rentrées au bivouac ! En attendant, elles ressortent cartes et boussoles… Au final, la journée aura été longue pour certaines. Un dîner réconfortant sous la grande tente restaurant du bivouac pour se remettre de ses émotions. Quelques heures de sommeil avant le premier réveil à 4 heures demain matin et la première étape de cette 28ème édition.

2018-03-22T00:47:16+00:00

PARTENAIRES