SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI
FacebookTwitterInstagram
  • fr
  • en
L'INCOMPARABLE
SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI

Un premier rallye pour faire connaître le glaucome malin

Team 224

 

Depuis deux ans et demi, Sandrine, de l’équipage 224 (Karine ESPERANDIEU / Sandrine JOUANNET - RÉCUPÉRATION ALÉSIENNE FERS ET MÉTAUX) est atteinte d’une maladie génétique : le glaucome malin. C’est pour expliquer et faire découvrir cette maladie qu’elle a voulu participer à cette 28ème édition du Rallye Aïcha des Gazelles. En clair, c’est une détérioration du nerf optique. Elle demande à Karina, son ami de relever le défi de participer à ce rallye pour l’association France Glaucome – La vue pour la vie dont elle fait partie. Elles font toutes les deux parties d’un club de moto. Karina connaît déjà les dunes de Merzouga, en buggy et moto mais pas en 4×4. « Quand elle m’a lancé le défi, je lui ai dit t’es cinglée, tu ne sais pas ce qui t’attend. Et moi, quand on me lance un défi, je veux le relever et je m’investis à 100%. » Sandrine, elle, n’était jamais venue au Maroc et n’avait jamais fait de rallye. « On a aussi fait ce rallye pour le côté humanitaire, partage et solidarité. »

« C’est une maladie impressive et irréversible. » Sa tension oculaire est très élevée par rapport à la moyenne : 55 alors qu’elle devrait être entre 10 et 12. S’il y a trop de tension, son nerf optique peut rompre et elle peut perdre la vue. « J’ai un traitement à vie pour stabiliser ma tension. Je me suis déjà faite opérer onze fois dans des centres spécialisés et à l’Hôpital des Quinze-Vingts à Paris. Psychologiquement, c’est très dur. Du jour au lendemain, je peux perdre la vue. » Cette maladie est peu connue bien qu’il y en ait de plus en plus. « Plus tôt on la dépiste, mieux on la traite. C’est une maladie que tu ne voies pas arriver, il y a peu de symptômes. »

Sandrine a choisi d’être navigatrice. Sa concentration visuelle est très importante durant le rallye. Ses yeux, en regardant les cartes à longueur de journée, les reliefs au loin, fatiguent vite, d’autant plus qu’elle a un œil myope et un autre hypermétrope. Elle doit doser et son cerveau travaille deux fois plus. Les Sanka, comme elles se surnomment, ont fièrement participé aux dons pour l’association Cœur de Gazelles. Elles ont collecté des lunettes et distribué des livrets patients sur le glaucome.

2018-03-29T18:10:44+00:00

PARTENAIRES