SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI
FacebookTwitterInstagram
  • fr
  • en
L'INCOMPARABLE
SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI

Côté aventure, du sable, du sable et encore du sable…

ÉTAPE #1, NEJJAKH-NEJJAKH

 

 

Après l’épreuve « à blanc » du prologue, la première étape, qui compte pour le classement, a débuté entre appréhension et enthousiasme. Sept balises étaient à l’ordre du jour sur un parcours idéal de 117 kilomètres estimé à 8h45 de route.

Des dunettes dès le début

En ce premier jour de course, les Gazelles ont eu le droit à un paysage à couper le souffle. Face à elles, au loin, se tiennent les fameuses dunes de Merzouga. Elles ne les affronteront que dans deux jours. En attendant, elles s’échauffent sur un cordon de dunettes. A chacune sa stratégie. Certaines choisissent de les contourner un tant soit peu quitte à afficher davantage de kilomètres au compteur. D’autres prennent le risque de s’ensabler ou de perdre leurs repères.

C’est le cas de l’équipage 200 (Elise GRAVOUIL / Christelle MASSIAS) qui sort les plaques de désensablage. « On a envie d’en faire le plus possible pour ne pas rentrer trop tard ce soir donc ce serait bien qu’on ne se tanke qu’une fois. Les vraies dunes, on va les craindre plus que celles-là. »

Des stratégies qui se mettent en place

La navigatrice de l’équipage 170 (Francine ABGRALL / Suzanne Wadsworth - Europ Assistance) court devant sa pilote. « Vu comme il fait froid, ça réchauffe vite et ça nous réveille comme il faut. » A l’horizon, les rétroviseurs brillent dans la plaine. La team 178 (Marie GUARINO / Giliane STORRER - MERSE-TRANSAC) en prend plein la vue : « C’est trop bien ces dunes, je suis comme une gamine. Ma navigatrice veut me faire faire des détours, je n’ai pas trop envie. »

A la première balise du parcours D, après avoir longé une plaine, l’équipage 237 (Marie-laure PONDEVY / Nathalie CASANOVA - FEC FRANCE) est en pleurs. Hier, elles n’en ont validé aucune ! Et deuxième surprise à les faire pleurer de joie : des dromadaires sont là pour les accueillir. Un peu plus loin, autour d’un périmètre de 300 mètres, une dizaine de voitures sont tankées dans des creux : « On s’attendait à manger du sable. On est dans le dur mais on est Normandes » raconte l’équipe 135 (Lucile CAPRON HAUDIQUER / Sophie DUVAL DUSSAUX - LDA).

L’étape et son lot de mésaventures

L’équipage 197 (Delphine ARNAU / Dominique BESNIER - CRÉATIFS GROUPE PARIS/LYON (Installateur général de salons) a déchiré un de ses pneus : « On a dû se prendre une pierre, c’est toujours aussi galère de changer un pneu, ça on ne s’y attendait pas, ça nous a coupé l’élan et ça nous fait perdre du temps.» Malgré tout, le majestueux djebel Debouaa et la silhouette du djebel El Begaa, les deux montagnes entourant la plaine, sont toujours là pour veiller au loin sur les Gazelles.

Le CP 2 a été très dure à trouver pour la 187 (Jennifer KALKA / Jessica AUBERT - VULPES ZERDA) : « on a eu des dents de dinosaures énormes et la balise était entre l’une des failles. Du coup, j’ai fait un petit jogging d’une demi-heure sur les dunes pour la trouver et qu’elle ne fasse pas trop de kilomètres. » Un bel aperçu et une belle mise en bouche en attendant les mythiques dunes de Merzouga.

Certaines Gazelles sont dans l’incertitude et en perte de confiance. Les 311 (Christelle PERRIN / Lucie FAGEDET) sont perdues depuis près de deux heures. Elles cherchent la balise 4 sur le parcours S. A bout, elles fondent en larmes. Heureusement, l’équipage 100 (Carole GAUTRON / Myriam MECHRAOUI - EXOTEC Dentaire) vient à leur rescousse et recalcule le point avec elle. « Bon, faut rentrer les filles, vous aviez mal posées votre point. Vous en êtes loin. » Confusion, déception. La journée s’arrête là pour elles.

Des CP bien camouflés

Pour parvenir à leur troisième balise, les Gazelles traversent des dunes oranges d’un côté et des falaises violettes de l’autre. La team 224 (Karine ESPERANDIEU / Sandrine JOUANNET - RÉCUPÉRATION ALÉSIENNE FERS ET MÉTAUX) vient de passer la balise 3 : « Je suis trop contente parce qu’hier, on est passé à côté de notre journée, on est arrivées 127ème. »  Une pause-déjeuner bien méritée après une photo souvenir avec leur appareil jetable.

Côté quad, la team 24 (Peggy OLIVA / Isabelle SIBI - SSV RACING) vient également de trouver la balise 3 sur le parcours B : « On l’a cherchée celle-là. Il suffit de pas grand-chose pour perdre son cap. On a dû se décaler dans les herbes à chameaux. Mais il fallait bien qu’il y en ait une qui nous donne du fil à retordre. » L’équipage 26 (Amélie DELACHESNAIS / Emilie CAZAL) a envie d’aller vite « taper » le CP 4 « et comme ça, on sera à la moitié du parcours. »

Une balise pour découvrir Cœur de Gazelles

A l’approche de la dernière balise, commune à tous les parcours, beaucoup de véhicules se suivent alors que la lumière commence à baisser. Sur cette 7ème balise était installée l’association Cœur de Gazelles. Les teams 199 (Clotilde VIET / Alexia NEVEU - leboncoin), 144 (Laurene VOILLEQUIN / Laure AVELINE - Adhome Services), 133 (Julie Oudina Blaise / Meredith Grosset - Normandie Chauffage) avaient décidé dès ce matin d’aller au bout pour découvrir l’association. « Si c’est grâce à Cœur de Gazelles que vous avez eu toutes les balises, je suis très fier » s’exclame Fred Valat, responsable de Cœur de Gazelles.

Les premières arrivées débriefent leur journée, relâchent la pression sous la tente bar. Entre récits épiques et anecdotes saupoudrées de sable, le vent, lui, s’est malheureusement invité sur le bivouac.

2018-03-23T08:28:15+00:00

PARTENAIRES